commerce et importations

Maroc 1915 - Photo © Joseph Miquel

Maroc 1915 – Photo © Joseph Miquel

sans titre commerce (1)

Maroc 1915 – Photo © Joseph Miquel

 

Carte reçue à la même époque (septembre 1915) par Joseph Miquel de la part de l’un des ses amis sous-officiers (Paul Pascal, dont le régiment est à Taza), qui a obtenu une permission, et la visite de sa femme :

Casablanca, le 21 septembre 1915,
Mon cher Joseph,
Excuse moi de ne t’avoir donné plus tôt de mes nouvelles. Je suis à Casablanca avec Madame Pascal depuis le 5 septembre. Je vais y rester jusqu’au 4 octobre. J’ai fait un voyage très agréable, ayant été autorisé à l’effectuer par Oran, ainsi que le retour. Madame Pascal était venu m’attendre à Oujda. De cette façon, nous profitons de quelques jours de plus ici avec le capitaine et Mme Deschamps. Nous aurions bien aimé que tu sois venu nous rejoindre avec Madame Miquel. Ne crains rien pour ce voyage, et te conseille de ne pas hésiter à la faire venir te rejoindre. La traversée n’est pas du tout pénible et je t’assure qu’il ne fait pas du tout chaud. L’exposition <1> est très belle et sera complètement terminée dans quelques jours. Si toutefois tu te décidais, écris-moi. Je te donnerai de bons tuyaux. On parle beaucoup ici que vous iriez nous remplacer à Taza, et que nous viendrions à Meknès. Est-ce exact ? Madame Pascal se joint à moi pour t’envoyer de meilleurs souvenirs.
Bien à toi,
Paul Pascal

<1> L’exposition que mentionne le collègue de Joseph Miquel est l’exposition de Casablanca qui a duré du 5 septembre 1915 au 5 novembre 1915. Dans une logique motivée par la mise en place récente du Protectorat, l’objectif était d’exporter massivement au Maroc. Autrement dit que les Marocains importent les produits français (machines-outils, etc) .

Loin de Paul Pascal et de Joseph Miquel, nous avons trouvé en ligne l’article suivant, d’esprit très colonial, qui montre tout l’intérêt que portaient les dirigeants français pour ce marché prometteur. Cet article accessible en ligne montre que cette exposition s’inscrivait en quelque sorte dans une guerre commerciale, qui s’ajoutait à la guerre en cours. L’objectif de cette exposition  était ainsi fixé :

Casablanca - Exposition franco-marocaine 1915

Casablanca – Exposition franco-marocaine 1915

« Fournir à l’industrie et au commerce français les moyens de faire connaître aux indigènes, sans attendre la fin de la guerre, les richesses de l’industrie et fournir en même temps aux producteurs locaux l’occasion de trouver en France de nouveaux acheteurs de matières premières, tel était le but de l’exposition.
Cette exposition a été organisée en quelques mois; ses pavillons ont été construits en quelques semaines. En ce qui concerne la section d’importation, plus de neuf cents industriels ou commerçants français y ont participé : exposants recrutés dans la plupart des branches de l’industrie française, plus rares, cela va sans dire, dans les industries de pur luxe qui conviennent mal à un pays aussi neuf que le Maroc, nombreux surtout pour les industries qui peuvent le plus facilement trouver des débouchés dans le Protectorat: industrie des tissus et accessoires, industrie métallurgique, alimentation, cette dernière classe particulièrement nombreuse. En outre, certaines régions françaises y étaient représentées collectivement en des expositions organisées sous le patronage des Chambres de Commerce. C’est le cas de la participation de la région lyonnaise, de celle des Chambres de Commerce de Vienne, Tarare, Roanne, Saint-Étienne, Limoges, Cholet, Laval, Nancy, Épinal, etc.
L’Exposition de Casablanca fut une exposition de travail organisée pour des gens d’affaires et dans un but essentiellement pratique. On ne pouvait pas s’attendre à ce qu’elle attirât, en pleine guerre, malgré le charme très réel de son architecture et le caractère pittoresque de l’ensemble, une grande affluence de visiteurs venus d’Europe. Elle a, en tout cas, provoqué dans tout le Maroc une curiosité très vive que les Services Publics se sont attachés à satisfaire en organisant des tournées de visites collectives, de façon que les collections envoyées de France pussent être vues par le plus grand nombre possible d’indigènes. Il est vraisemblable que, pour ces visiteurs, le spectacle des expositions organisé par chacune des régions n’a pas été sans offrir lui-même un intérêt réel et que, pour beaucoup d’entre eux, ces stands auront été une véritable révélation d’un Maroc dont ils connaissaient mal les ressources et les richesses.
Démonstration éclatante de la puissance d’une nation qui conserve, en pleine guerre, assez de liberté d’esprit pour créer et organiser une manifestation commerciale de cette importance, l’Exposition de Casablanca aura été véritablement une exposition de combat. Elle a déjà produit, la preuve en serait facile à fournir, des résultats appréciables au point de vue économique. »
Extrait de : Le Maroc pendant la guerre et l’exposition de Casablanca de Charles Mouret – <a href= »http://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1915_num_23_132_8021″ rel= »nofollow »>www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1915_num_23_132_8021</a>

Casablanca - Exposition franco-marocaine 1915

Casablanca – Exposition franco-marocaine 1915

vue générale

Casablanca – Exposition franco-marocaine 1915

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *