Sortie de la messe

Maroc 1915 - chapelle de Meknès - sortie de la messe - Photo © Joseph Miquel

Maroc 1915 – chapelle de Meknès – sortie de la messe – Photo © Joseph Miquel

Maroc 1915 - chapelle de Meknès - sortie de la messe

Maroc 1915 – chapelle de Meknès – sortie de la messe – Photo © Joseph Miquel

Note permettant d’identifier la chapelle (cf. commentaire de  Jean-Noel Natalelli en bas de cette page) :  Cette photo représente la toute première chapelle, boulevard El Haboul, comme l’indiquait le père Anastase Goudal dans son livre Meknes capitale d’empire et Cité Mariale.   A. Goudal ajoutait qu’elle se situait « à proximité immédiate, sinon à l’emplacement même de l’ancien couvent » (celui construit par les esclaves chrétiens, bien longtemps auparavant. Cet ancien couvent faisait suite à d’autres édifices de culte construits par des esclaves chrétiens qui avaient occupé des lieux de détention successifs dans la ville ancienne , mais jamais dans la pseudo »prison des chrétiens » que l’on fait visiter aujourd’hui).

Intérieur chapelle - Photo © Joseph Miquel - Maroc 1915

Intérieur chapelle – Photo © Joseph Miquel – Maroc 1915


Cette première chapelle datait de 1912. En 1918 une chapelle provisoire fut construite en ville nouvelle, et détruite lorsque fut édifiée à proximité immédiate la crypte de la future Basilique en 1930. Seule fut édifiée la crypte, toujours existante.

Une note d’Arnaud de Laportalière complète (cf. commentaire en bas de cette page) :  Pendant la guerre, les Franciscains lancèrent leurs constructions d’églises dans la ville nouvelle, au milieu des oliviers. La première fut une baraque de l’Armée. Puis très rapidement on construisit en dur l’église représentée par les photos ci-dessous : Photo de l’intérieur (prise par Joseph Miquel) et de l’extérieur (carte postale coll. A. Langlois) . 

chapelle-de-meknes-2

Maroc 1915 – Intérieur de la chapelle de Meknès – Photo © Joseph Miquel

André Langlois nous indique en commentaires que la chapelle catholique ci-dessus et son autel « est certainement celle construite en Ville Nouvelle. Les dates et des photos d’inauguration existent. Elle sera démolie bien plus tard pour être remplacée par une basilique que ne sera jamais achevée et qui est toujours au niveau du sol de nos jours;t N.d. des Oliviers à Meknès. »

meknes-lancienne-eglise-de-notre-dame-aux-oliviers

Carte postale transmise par A. Langlois

La note d’Arnaud de Laportalière ajoute (cf. commentaire en bas de cette page) : En 1918, les franciscains-aumôniers militaires lancèrent une souscription pour la construction d’une église catholique du « Souvenir Marocain » qui était dédiée aux officiers, sous-officiers et soldats venant du Maroc et morts pour la France. Elle devait recevoir des plaques individuelles à leur mémoire. Cette église en belle pierre jaunes s’est rapidement édifiée. Mais en 1924 un projet grandiose de P.Georges de construction d’une véritable cathédrale, superposée à celle en construction fut mise en oeuvre. Énormes piliers en béton, poutres en béton, dalle en béton, ce nouvel édifice se distinguait sans difficulté de l’église du « Souvenir Marocain » et par endroit le défigurait. Les travaux furent par la suite interrompus, soit en raison de la disparition des fonds volés par l’entrepreneur (1ère hypothèse) soit un conflit avec les autorités du vicariat apostolique (2ème hypothèse). Le « Souvenir Marocain » qui sur les plans du P.Georges était conservée comme « crypte » de son projet, en conserva le nom bien que rien ne fut construit au dessus… Les paroissiens français et le clergé de Meknès manifestèrent jusqu’à la veille de la fin du Protectorat leur souhait de voir les travaux reprendre. En surface ne sont visibles du projet du P.Georges que la base du clocher qui reçut un temps la cloche venant de l’église de la Médina, et à l’ouest de la dalle, un ergot en béton qui devait sans doute soutenir une statue monumentale de la Vierge catholique, consacrée en 1930 sous le nom de Notre-Dame de Oliviers.

Ci-dessous trois photos de A. de Laportalière  montrant les constructions successives et superposées bien clairement identifiables : celle prévue pour la mémoires des Morts pour la France venus du Maroc et l’oeuvre monumentale avortée qui enferme la première

Une dernière photo ci-dessous de A. de Laportalière montre bien les deux constructions et leurs différences. Sur place il est possible de voir les plans et une photo de la maquette de la « cathédrale ».


 

Remontons à 1915 et à notre photographe Miquel : Carte postale écrite par Joseph Miquel peu avant la prise de cette photo de chapelle, à sa fille aînée, Babeth, âgée d’une dizaine d’année :

cachet poste : 9 novembre 1914
Corps d’occupation du Maroc occidental. Meknès. Joseph Miquel vaguemestre du 121e Territorial
Ma petite chérie,
Je reçois de tes nouvelles ainsi que de Maurice et suis très heureux de te savoir toujours bien sage et bien studieuse. Ton Papa ne te reconnaîtras plus à son retour du Maroc, tant tu auras changé et sera instruite ! Cela me fait beaucoup de joie. Remercie Madame la directrice des mots si touchants et si aimables qu’elle m’envoie. Je lui serai bien redevable de tant d’attention pour toi. A la messe ce matin, je voulais acheter une carte de la vierge de Meknès pour envoyer, il n’y en a pas eu pour les derniers. Amitiés à ces dames. Mille baisers de ton Papa chéri.
JMiquel

Adressé à
Mademoiselle Elisabeth Miquel
Cours Fénelon, place Saint Aphrodise
Béziers Hérault France

Photo de la carte postale :

Carte postale Maroc 1914 - Meknes mosquee Sidi Ben Aissa secte

Carte postale Maroc 1914 – Meknes mosquee Sidi Ben Aissa secte des Aïssaouas

 

 


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. de Laportalière Arnaud dit :

    Quelques précisions. Pendant la guerre, les Franciscains lancèrent leurs constructions d’églises dans la ville nouvelle, au milieu des oliviers. La première fut une baraque de l’Armée. Puis très rapidement on construisit en dur l’église représentée par les photos Langlois (extérieur) et Miquel (intérieur). En 1918, les franciscains-aumôniers militaires lancèrent une souscription pour la construction d’une église du « Souvenir Marocain » qui était dédiée aux officiers, sous-officiers et soldats venant du Maroc et morts pour la France. Elle devait recevoir des plaques individuelles à leur mémoire (On en trouve l’une ou l’autre…) Cette église en belle pierre jaunes s’est rapidement édifiée. Mais en 1924 arriva un P.Georges avec un projet grandiose de construction d’une véritable cathédrale, superposée à celle en construction. Énormes piliers en béton, poutres en béton, dalle en béton, ce nouvel édifice se distingue sans difficulté de l’église du « Souvenir Marocain » et par endroit le défigure. Mais après , soit la disparition des fonds volés par l’entrepreneur (1ère hypothèse) soit un conflit avec les autorités du vicariat apostolique (2ème hypothèse) les travaux furent interrompus ! Le « Souvenir Marocain » qui sur les plans du P.Georges était conservée comme « crypte » de son projet, en conserva le nom bien que rien ne fut construit au dessus… Les paroissiens et le clergé de Meknès manifestèrent jusqu’à la veille de la fin du Protectorat leur souhait de voir les travaux reprendre ! En surface ne sont visibles du projet du P.Georges que la base du clocher qui reçut un temps la cloche venant de l’église de la Médina, et à l’ouest de la dalle, un ergot en béton qui devait sans doute soutenir une statue monumentale de la Vierge Marie. Elle a été consacrée en 1930 sous le nom de Notre-Dame de Oliviers.

  2. NATALELLI Jean-Noel dit :

    La première photo représente la toute première chapelle,boulevard El Haboul,comme
    l’indiquait le père Anastase GOUDAL dans son livre »Meknes capitale d’empire et Cité
    Mariale ».l’Auteur ajoute: »à proximité immédiate,sinon à l’emplacement même de
    l’ancien couvent » (celui construit par les esclaves chrétiens,bien longtemps auparavant
    qui lui même faisait suite à d’autres édifices de culte construits par des esclaves
    chrétiens qui avaient occupé des lieux de détention successifs dans la ville ancienne ,
    mais JAMAIS dans la pseudo »prison des chrétiens » que l’on fait visiter aujourd’hui.
    C’était en 1912..en 1918 une chapelle provisoire fut construite en ville nouvelle,et
    détruite lorsque fut édifiée à proximité immédiate la crypte de la future Basilique en
    1930.Seule fut édifiée la crypte,toujours existante….

  3. La Chapelle…
    Quelle bonne et belle surprise… Inédite pour moi et le Forum du RdlB. Si la photo date de 1915, alors la chapelle se trouve en Médina… Où exactement…??? j’ai une p’tite idée…!!! les murailles me « parlent »… A revoir…
    Par contre la chapelle du dessous et son autel, c’est certainement celle construite en V.N. après les années 18… Les dates et des photos d’inauguration existent… Elle sera démolie bien plus tard pour être remplacée par une basilique que ne sera jamais achevée et qui est toujours au niveau du sol de nos jours. C’est N.d. des Oliviers à Meknès, V.N.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *