Une rue animée

une rue

une rue Maroc 1916, Mellah ?, photo © Joseph Miquel

sans-titre-rue-avec-coiffeur-enfants-2

une rue Maroc 1916, Mellah ?, photo © Joseph Miquel

Il n’est pas précisé sur la photo où se situe cette rue, et s’il s’agit d’une rue du quartier du Mellah…

 

Carte postale écrite la même année par Eugénie Miquel, femme de Joseph Miquel, venue le rejoindre au Maroc.

Meknès, le 13 juin 1916,
Chers Parents, Les autres années à cette époque-ci nous commencions de préparer notre réunion de famille à Cazalviel et Montmajou. Voilà deux ans que nous ne pouvons jouir de ce beau spectacle, et que nous sommes privés de voir notre père au milieu de ses enfants et amis. Que souhaitions-nous ? de voir l’année d’après pareille fête, tous en parfaite santé. Malheureusement, l’épreuve que nous subissons en ce moment commence à nous peser à tous. Mais malgré l’éloignement nous ne pouvons laisser passer ce jour.

Photo carte postale :

cp

Fez, après l’émeute, israélites fouillant les décombres    –      carte postale

A l’occasion de cette carte postale où l’on voit des victimes du Mellah (quartier juif) de Fès en 1912 « après l’émeute » (émeutes survenues à Fès à la suite de la signature du traité de Fès de 1912 qui instaure le protectorat français sur le Maroc), nous sommes allé voir ce que relatait la presse grand public en France au moment où ces massacres ont été perpétrés. Comment les choses étaient présentées en France aux premiers jours du dit Protectorat ?

Voici quelques articles du Petit Parisien d’Avril 1912 (utilisation d’un logiciel de conversion jpeg -> word) :

article

Article du Petit parisien du 23 avril 1912 (source : Gallica)

 

Le Petit Parisien – 23 avril 1912

LA RÉVOLTE S’ÉTEND AU MAROC…

Des récits arrivés hier nous les décrivent Nous comptons 68 morts et 74 blessés

CE QUE FURENT LES MASSACRES DE FEZ

On connaît maintenant le chiffre des pertes que nous avons éprouvées à Fez, au cours des journées d’émeute, dont on lira ci-dessous les premiers récits émouvants. Soixante-huit morts, dont cinquante-cinq militaires, et soixante- quatorze blessés : tel est le bilan sanglant que le ministère de la Guerre a publié hier. Est-il complet, définitif? On voudrait du moins le penser.

Ce qui ressort des relations envoyées de Fez, c’est que les troupes chérifiennes ont bien donné le signal de l’insurrection ; mais une partie de la population était prête à s’associer à ces mutins. Elle a satisfait à sa xénophobie et s’est livrée à d’atroces férocités.

Ce qui ressort encore de ces narrations, c’est que les Français, civils et militaires, ont opposé aux rebelles une héroïque résistance. Mais la bataille fut chaude, d’autant plus prolongée que les effectifs campés à proximité de la capitale étaient plus restreints.

Le général Moinier est arrivé dimanche à Fez ; il amenait avec lui onze bataillons, soit environ 5.500 hommes. C’est dire qu’il y a maintenant dans la ville ou dans son voisinage immédiat 8.000 hommes, et qu’aucune force marocaine ne pourrait braver ce contingent.

Sans doute cette concentration de troupes suffira à ôter aux tribus du Haut-Sebou, déjà décimées avant-hier, dans un premier choc, toute velléité d’offensive.

Mouley Hafid a nommé Bouchta Bagdadi pacha de Fez.  L’attention se porte sur la région du Gharb et sur celle d’Ouezzan, entre Tanger et Fez, où les Djebala sont en mouvement.

On a des craintes sérieuses aussi pour Marrakech, qui se serait, parait-il, insurgée contre le sultan. Cette ville de 80.000 âmes, la seconde capitale du Maroc, qui est située à 500 kilomètres au sud-ouest de Fez, a toujours été un foyer de fanatisme. C’est là que le docteur Mauchamp fut massacré en mars 1907, et qu’en juin de la même année, Mouley Hand fut proclamé empereur contre son frère Abd el Aziz. Il avait- été question, le mois dernier d’envoyer une colonne française à Marrakech.

M. Poincaré a demandé à M. Regnault de se livrer à une enquête rapide afin de rechercher toutes les causes immédiates ou lointaines des événements de Fez et de la région et de faire connaître le plus promptement possible son avis motivé au gouvernement.

LE BILAN TRAGIQUE

15 officiers tués

40 sous-officiers et hommes de troupe tués ;

4 officiers et 70 hommes de troupe blessés ;

En plus, 13 civils tués, tous Français.

Voici la liste des victimes militaires connues à ce jour :

Tués: le capitaine de Lesparda, infanterie, <suite liste des noms>

Blessés : < liste des noms> ainsi que dix-sept tirailleurs algériens.

Disparus : : < liste des noms> ainsi que trois tirailleurs algériens.

Les Européens civils

Morts : MM. Miago, Ricard, Rebout. de Canis (tous quatre de la T. S, F.), le père Fabre (franciscain). Bengio, M. et Mme Bringau, Mlle Marcelle Imberdis.

Disparus : M. et Mme Bruyan et trois Espagnols habitant le Mellah; MM. Bellenguer (médecin espagnol), et Louis Montel (boucher, de Toulouse).

UN COMBAT DANS LE GHARB

Tanger, 22 avril.

On confirme qu’une effervescence très inquiétante. se manifeste dans la région au nord de Fez. La tribu des Djebala est en pleine révolte. Le capitaine Vary, à Arbajoua, et le lieutenant Thiriet. à Souk-el-Arba. ont demandé à Rabat des renforts depuis plusieurs jours. Le capitaine Vary, d’après une dépêche d’Arziia. a même déjà subi une violente attaque.

Le caïd Cherkaoui. qui fut toujours dévoué aux intérêts français, est venu à Arbaoua avec un contingent de cent cavaliers. La situation ne laisse pas que d’étre inquiétante.

A MARRAKECH

Tanger, 22 avril.  On affirme ici que Marrakech s’est soulevée, mais la confirmation et les détails manquent.

EFFROYABLES SCÈNES

COMMENT MOURURENT LES TELEGRAPHISTES

De notre correspondant particulier, Fez, 22 avril.

petit-parisien-23-avril-2012

Le palais du grand-vizir   Une rue du quartier juif – Vue intérieure du palais du sultan

C’est aujourd’hui seulement que je puis vous envoyer les premiers, détails sur l’effroyable, tragédie de cette semaine.

 

Dès le début de la mutinerie, plusieurs français surpris dans leurs occupations furent massacrés par une horde de gens jaillis des bas-fonds. L’hôtel de France tenu par M. Bernard fut envahi et saccagé et tous les pensionnaires parmi lesquels trois jeunes Lyonnais furent tués avec le patron et sa femme. Tout près du lieu. ou s’était réfugiée l’ambassade, française, le sous-intendant Lory et l’officier d’administration Marinie furent décapités par une bande de fanatiques qui promenèrent leur tête dans la ville au milieu de la fusillade et des « youyous des femmes, celles-ci des terrasses, encourageaient les émeutiers.

Deux ingénieurs agronomes français, au service du sultan, furent massacrés au seuil du palais.

 Mais la scène qui dépassa en horreur toutes ces scènes tragiques, ce fut celle qui se déroula dans la maison où étaient réfugiés quatre employés de télégraphe chérifien. Cette phase épouvantable de la journée sanglante me fut difficilement exposé par Rebout, un des quatre malheureux, mort d’ailleurs depuis.

Il déclara que ses camarades et lui avaient été attaqués à une heure et demi de l’après-midi par les marocains. Ils se réfugièrent dans la chambre supérieure qu’ils barricadèrent. Ils n’avaient qu’un seul revolver mais de nombreuses cartouches. Tout l’après-midi, par l’embrasure de la fenêtre, ils tirèrent tuant quinze assaillants, dont les corps furent retrouvés, mais tous finirent par être grièvement blessés. A bout de moyens les Askris grimpèrent sur le toit ; ils y firent un trou, par lequel ils versèrent dans la chambre des bidons de pétrole enflammé.

Voyant qu’ils allaient tomber vivants aux mains des Marocains, Rebout acheva ses trois amis à coups de revolver et tira une dernière balle pour se tuer lui-même, mais il se blessa seulement.

La maison brûlait. les Marocains se retirèrent ; Rebout, revenant à lui, descendit péniblement l’escalier et se trouva dans la rue.

A sept heures, il. fut recueilli. On le conduisit à l’hôpital.

LA PREMIERE JOURNÉE D’EMEUTE

L’agence Havas reçoit de son côté de son envoyé spécial, qui avait accompagné M. Regnault à Fez, le récit suivant de l’émeute, envoyé à Tanger, par rekkas (courriers) :

Fez. 18 avril.

La journée de l’émeute d’hier à eu un caractère que même les journées du siège de Fez. en 1911 n’avaient pas eu. Le bilan des victimes est lamentable: 14 ou 15 officiers tués, un officier-blessé grièvement; un certain nombre de soldats tues et aussi une dizaine de civils, tous Français, tués.

L’émeute a commencé vers midi. Une quarantaine de soldats indigènes se présentèrent chez le sultan. Ils furent reçus par El-Mokri. Ils se seraient plaints de la diminution de la « mouna » (indemnité de vivres) de l’institution d’un ordinaire et de l’obligation de porter le sac. Ces doléances n’étaient pas fondées, car la « mouna »  avait été portée au contraire de 5 à 6 pesetas. L introduction d’un ordinaire n’était nulle ment projetée, pas plus que le port du sac.

Ces soldats se sont montrés très violents ; ils ont insisté pour être admis auprès du sultan. Quatre d’entre eux furent reçus alors par le sultan, qui leur recommanda le calme. Ils sortirent et donnèrent le signal de la révolte en tuant leur capitaine. La rébellion, qui avait pris naissance à la kasbah des Cherarda, gagna les autres tabors.

Le massacre des officiers

Bientôt plusieurs officiers instructeurs français étaient assassinés. Les soldats se répandireut en ville, certains descendant à la mosquée de Mouley-Idriss, les autres, .suivis par la population, allant vers les maisons habités par des français pour tuer les habitants et piller les maisons. Certains de ceux-ci opposèrent une résistance héroïque aux assaillants. Trois télégraphistes tirèrent, de 2 à 6 heures, contre une soixantaine d’indigènes qui avaient envahi la maison, et .quinze mutins montés en terrasses. Ils succombèrent finalement. Leurs cadavres furent arrosés de pétrole et brûlés.

Un autre Français, réchappé celui-là, résista avec sa femme et son fils jusqu’à sept heures, puis il se réfugia chez un voisin et dont il dut enfoncer la porte donnant sur la terrasse . Le caid Mechouar vint â leur secours. leur faisant traverser lès jardins sacrés de Mouley-ldriss. Tout fut pillé dans la maison.

Le réchappé nous a dit ce matin qu’il était prêt à tuer sa femme et son fils et à se suicider, si les assaillants avaient dû prendre le dessus.

Pendant ce temps, les journalistes étaient enfermés dans leur maison il y avait là les représentants du Matin, de l’Agence Havas et de la Dépêche Marocaine. Un domestique était rentre vers midi 3O. annonçant le commencement de la révolte. Déjà les coups de fusil crépitaient, les soldats, brandissant des fusils et des sabres, descendaient la rue en courant et en essayant d’ameuter la population.

Scènes atroces

Un autre domestique arriva ensuite, effrayé, disant qu’il avait vu un boucher décapiter devant lui un Français qui passait; des soldats promenaient au bout de piques deux têtes d’Européens et des entrailles humaines.

Le chérit d’Ouezzan. à qui nous sommes redevables de la vie, vint offrir sa protection et nous adjurer de ne pas sortir et de ne pas nous montrer à la terrasse.

Nous avons alors envoyé à la légation un mot dépeignant la situation,: la réponse nous vint, nous recommandant de ne pas sortir sous danger de mort et annonçant l’envoi d une escorte dès que cela serait possible. Nous avons essayé à deux reprises de faire porter par un domestique indigène des radiogrammes : la censure ne les laisse pas passer : on refusé même de les prendre.

Bientôt, la voix grave du canon se mêle au crépitement des balles c est le bordj sud qu’on canonne.

La version courante dans le peuple, et qui est symptomatique,, est que Mouley Hafid est prisonnier des Français, et qu’il faut le délivrer.

Symptomatique aussi, ce fait que les maisons des Français ont été repérées avec soin et que, seuls, des français ont été massacrés.            ‘

L’arrivée des troupes

A neuf heures du soir, une compagnie de tirailleurs vient nous chercher. Nous allons trouver un refuge au consulat de France, à la légation et à l’hôpital, qui ont déjà accueilli d’autres réfugiés.

Toute la nuit, les troupes françaises iront ainsi porter secours aux Européens. Ce matin a eu lieu la mise en terre des cadavres des victimes. Certains étaient affreusement mutilés.

Les troupes françaises gardent la légation et les consulats. Le pacha a fait circuler en ville des patrouilles civiles; on ne sait pas s’il y aura un mouvement parmi les tribus.

Le pillage du quartier juif

Le télégramme suivant est arrivé hier soir de Fez :

Quartier juif aux trois quarts détruit par incendie après pillage ; 50 morts et 24 blessés.

Petit parisien 26 avril 1912

Petit parisien 26 avril 1912

26 avril 1912

LE PILLAGE DU MELLAH DE FEZ

Tanger, 25 avril.

Fez, 22 avril. — Nous venons de visiter les ruines du Mellah. Il est difficile de donner une idée de la désolation du spectacle qui s offre à nos yeux.

I.e quartier extrêmement commerçant, vivant et populeux qu’était le Mellah est transformé en un champ de pillage où fument encore des décombres.

La populace et les Askris ne voulaient pas tuer, au Mellah, ils voulaient simplement piller : seuls sont morts ceux qui ont défendu leurs biens.

Les bandits ont tout d’abord pillé les boutiques, les maisons ; ils ont dévêtu les habitants, hommes et femmes, afin de s’emparer des vêtements. Affolés, les israélites s’enfuirent dans les jardins du sultan, peu éloignés de leur quartier, abandonnant leurs maisons et leurs biens. La plupart étaient et sont encore pieds nus, à peine couverts d’une chemise.

Les murs des façades des maisons sont écroulés ; on voit le lamentable intérieur des maisons à moitié calcinées, d’où montent encore quelques volutes de fumée. Nous escaladons les amoncellements de ruines et nous arrivons près de ce qui fut la poste française du Mellah. Les feuillets arrachés d’un éphéméride gisent pêle-mêle avec des imprimés, des formulaires et des papiers quelconques ; une petite mare de sang stagne à côté et un ruisseau noirâtre d’où s’élève une odeur de brillé et de pourriture emporte lentement, difficilement, ces débris de papier.

Dans les synagogues, on a déchiré ou brûlé les livres saints, écrits sur parchemin : dans une maison appartenant à un riche, comme on ne pouvait pas emporter un vaste lit de fer, on l’a tordu, on a lacéré les tableaux qu’on ne pouvait pas décrocher.

Le quartier des bijoutiers a été pillé, mais moins dévasté que les autres. On sent que le butin qui y a été trouvé a satisfait la soif de rapine des émeutiers.

Quant au cimetière, où l’on a trouvé de nombreuses victimes il porte la trace des obus qui ont délogé les pillards, lesquels avaient fait leur refuge de ce lieu.

Le spectacle qu’offrent les six ou sept mille juifs réfugiés dans les jardins et les cours du palais, sans autre abri que la voûte du ciel ou quelques cages vides de la ménagerie du sultan est inoubliable.

Les plus fortunés ont trouvé un abri dans les cages : d’autres, restés dehors, couchent sur le sol en mosaïque. De petits enfants pleurent ; des lions rugissent ; un éléphant barrit.

Provisoirement, les malheureux israélites vivent du pain que leur distribuent les consuls de France et d’Angleterre                                       ,

Le consul de France s’occupe en outre de leur faire élever des tentes où ils attendront qu’on ait reconstruit leurs maisons.

Depuis cent vingt ans, le Mellah n’avait pas été pillé.

Carte postale (collection Joseph Miquel) – Fez sous les remparts du Mellah – Maroc 1915

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *