Jardin potager, Rabat

Maroc 1917

Maroc 1917 – Rabat, jardin potager – Photo © Joseph Miquel

st-femme-enfant-potager-1

Maroc 1917 – Rabat, jardin potager – Photo © Joseph Miquel

Il s’agit d’une photo sans libellé explicatif réalisé vers 1917 alors que Joseph Miquel était vaguemestre au camp Garnier, à Rabat.

On peut supposer qu’il s’agit d’un espace agricole/jardin potager pour le camp militaire (supposition à confirmer). On peut supposer aussi que la fille de Joseph Miquel, Elisabeth, est sur la photo.

 

Carte postale reçue deux ans plus tôt par Joseph Miquel de la part de son ami Montanié, où il est question de la préparation de la visite de la femme de Miquel au Maroc. Visite qui s’est transformée en installation avec leurs deux enfants :

Lias, le 10 septembre 1915,
Mon cher Miquel,
Par ta lettre, je vois que tu n’as pas encore reçu ma dernière carte. Hélas ! Comme je te le dis dans ma dernière lettre, il ne faut plus compter sur moi ! Je suis heureux de savoir que Madame Miquel aura Madame Villebrun et d’autres dames pour lui tenir compagnie, elle pourra ainsi affronter le voyage sans crainte. Inutile de te dire la contrariété que j’ai éprouvée en apprenant que ma femme ne pouvait venir. Je demande tout de même la permission pour la même époque. Nous aurons tout de même le plaisir de nous voir à Casa. Je te remercie des dix pochettes de papier. Je t’envoie ci-joint la somme de 15 francs en trois billets de banque. En attendant le plaisir de nous voir, le bonjour aux amis, à Lagarde, Richard, Berthomieu, . Pour toi, mes amitiés, et une bonne poignée de mains.
A bientôt,
Montanié

Photo dos de carte :

CP

Casablanca – Types Sénégalais – carte postale Maroc 1915

 

A propos de jardin potager, d’agriculture et du vigneron Joseph Miquel, il est relativement peu question dans ses cartes postales (de 1915-1916, lorsque sa femme ne l’avait pas encore rejoint) des récoltes de l’exploitation familiale à Cazel Viel. Joseph  demandait simplement des informations détaillées sur les récoltes, les réponses de sa femme semblaient indiquer que le vin ne se vendait pas très bien.

Nous ne savons pas s’ils ont pu bénéficier des achats par l’armée de quantités très importantes de vin de la région de Béziers (région de l’exploitation des Miquel …). Il n’en est en tout cas pas fait mention dans leurs correspondance de cartes postales. La consommation de l’armée de vins de la région de Béziers est décrites ici : dans cette page du site du ministère de la défense.

Le film de l’ECPAD (muet, à visionner ici) est intéressant à regarder, la quantité de tonneaux de vin livrée aux soldats est fascinante… Le film débute par des images des docks de l’État à Béziers, des fûts vides revenant des armées sont déchargés sur le quai maritime. puis l’on voit des exploitations viticoles de la région de Béziers, dans les environs de Servian (Hérault, à une vingtaine de km de l’exploitation des Miquel), des ouvrières agricoles effectuent les vendanges. Le raisin est collecté par des ouvriers agricoles sur des chariots, puis dirigé vers les pressoirs de l’exploitation agricole de Servian pour y être foulé..

Comme l’indique la page de l’ECPAD, lors de la Première guerre mondiale, une grande partie de la production viticole française est destinée aux armées. Dans le département de l’Hérault, et plus précisément dans la région de Béziers, le vin produit au sein des exploitations viticoles était acheminé par trains spéciaux vers la zone des armées.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *