Rabat et histoire du 2e bataillon

Quai et débarcadère, Rabat , Maroc

Quai et débarcadère, Rabat , Maroc – Photo © Joseph Miquel 1917

quai-et-debarcadere-rabat-2

Quai et débarcadère, Rabat , Maroc- Photo © Joseph Miquel 1917

L’auteur de cette photographie, Joseph Miquel, était sergent vaguemestre au 2ème bataillon du 121e régiment d’Infanterie Territorial (8ème compagnie).


L’historique du parcours de ce bataillon au Maroc est retracé dans ce document. Les mentions des parcours (des 7e et 8e compagnies notamment) dans les cartes postales de Joseph Miquel correspondent tout à fait à cet historique. Mais les fonctions de Joseph Miquel l’ont amené à rester proche de l’Etat-Major, Miquel a ainsi assisté aux départs en colonne, sans y participer, de même il est resté à Meknès (contrairement à son ami Montanié) lorsque l’essentiel de la 8e compagnie est envoyée à Aït-Lias.

Comme il est écrit, le 2e bataillon du 121e régiment d’infanterie territorial, est constitué le 2 août 1914, sous le commandement du chef de bataillon BUFFEL (dont il est question dans des cartes envoyées par Miquel, dans ce carnet) avec un encadrement de 2 officiers par compagnie. Le bataillon quitte Béziers le 7 août avec un effectif de 54 sous-officiers (dont Joseph Miquel) et 858 hommes pour rejoindre Marseille. Il ne séjourne pas longtemps dans cette ville. Le 31 août, transporté par voie ferrée à Sète, il reçoit l’ordre de s’embarquer le 1er septembre à bord de l’Imerethie, à destination du Maroc occidental. Après une bonne traversée, le bataillon débarque le 5 à Kenitra et le 12 septembre arrive à Meknès après avoir fait étape à Dar-bel-Hamri. A partir de cette date, le 2e bataillon du 121e forme des détachements fournissant des escortes de prisonniers de guerre allemands en divers points du territoire (Fez, Aïn-Chkeff, l’Oued-Ouislam, Madouma) centres dont ils deviennent les gardes par la suite. C’est une période de stabilisation pour les unités du bataillon qui dure jusqu’au 4 mai 1915.

A cette date, la 7e compagnie rejoint El-Had-Kourt en exécution d’un ordre résidentiel ; le 10 mai 1915 après 5 étapes, elle stationne au camp d’Aïn-Defali où elle est occupée à des travaux de fortification. Le 14, faisant partie d’un groupe commandé par le chef de bataillon DESPORTES, cette compagnie part pour Sidi Boudouma, comme soutien d’artillerie. Aux environs d’Aïn-Selim, le convoi de la colonne étant attaqué par un groupe importants de dissidents, le combat s’engage entre divers éléments de la colonne et les Marocains hostiles. La mission du groupement terminée, la 7e compagnie rejoint Aïn-Ouzif où elle est occupée à nouveau à des travaux de défense.

Le 14 mai 1915, la 8e compagnie quitte Meknès pour se rendre à Aït-Lias où elle est détachée. A partir de cette époque, le détachement constitue les escortes de divers convois, dans l’intervalle desquelles certains travaux de fortification sont poussés activement, la garde des camps restant assurée. Le 5 octobre 1915, la 8e compagnie quitte Aït-Lias pour se rendre à Meknès, tandis que le 9 octobre la 5e compagnie quitte El-Hadjeb où elle était détachée, pour faire étape sur Aïn-Karouba.

A fin octobre, le bataillon est rassemblé à nouveau dans la région de Meknès où il reste occupé jusqu’au 24 septembre 1916, à la garde des prisonniers de guerre allemands. Durant cette période, le bataillon est diminué en cadres. Le chef de bataillon BUFFEL mis hors cadre passe le commandement du bataillon au capitaine REFREGIER le 2 novembre 1915 ; 3 officiers sont désignés pour passer dans d’autres formations en France ou au Maroc.

Il n’y a de mouvement que pour les 6e et 7e compagnies. Le 28 décembre, un détachement de la 6e compagnie rejoint El Hadjeb pour y tenir garnison jusqu’au 19 avril 1916, date à laquelle il retourne à Meknès. Le 24 septembre 1916, le bataillon quitte la région de Meknès pour aller tenir garnison à Rabat et Arbaoua. Le mouvement est terminé le 20 octobre pour la 6e compagnie qui va à Arbaoua, tandis que depuis le 10, le petit état-major, les 5e , 7e et 8e compagnies (dont Joseph Miquel) occupent Rabat.

Une vue du camp Garnier, Rabat – Photo © Joseph Miquel 1916-1918

Une vue du camp Garnier, Rabat – Photo © Joseph Miquel 1916-1918

C’est une nouvelle période de stabilisation qui dure pour la 6e compagnie jusqu’au 4 août 1917 et pour le restant du bataillon jusqu’au 1 er décembre 1917. Pendant cette période, le bataillon se réorganise ; une section de mitrailleuses est constituée. Le 1 er décembre 1916, le chef de bataillon CASSOU est affecté au 2e bataillon du 121e régiment d’infanterie territorial dont il prend le commandement le 4 décembre 1916 et qu’il quitte le 21 juin 1917, partant pour la France en congé de convalescence. Le commandement du détachement revient au capitaine REFREGIER qui est nommé chef de bataillon le 12 juillet 1917. Le 4 août 1917, la 6e compagnie quitte Arboua et rejoint Tiflet le 10 où le 1er peloton stationne, tandis que le 2e va à Tedders pour y tenir garnison.

Le 12 novembre, la section de mitrailleuses va à Kenitra et le 24, tandis que le 2e peloton de la 6e compagnie quitte Tedders pour se rendre à Dar-bel-Hamri, le 1er peloton de cette compagnie va à Kenitra rejoindre la 1re section de mitrailleuses. Le 1 er décembre 1917, les 5e , 7e et 8e compagnies quittent Rabat en camions-autos. La 5e compagnie va à Mechra-bel-Ksiri, la 7e à Aïn-Ouzif, la 8e à Arboua où le 27 janvier 1918 rejoint la 1re section de mitrailleuses détachée à Kenitra.

Camp Garnier – Photo ©Joseph Miquel 1916-1918

Camp Garnier – Photo ©Joseph Miquel 1916-1918

Après ces divers changements, le bataillon participe aux escortes de divers convois dans la région tout en assurant le service de garde des postes occupés. Durant cette période de stabilisation qui dure jusqu’en janvier 1919, les hommes des classes 1894 et antérieures sont envoyés sur le groupement de Casablanca pour être dirigés en France en vue de leur mise en congé illimité. Du 4 au 21 janvier 1919, le bataillon se groupe à Kenitra ; son effectif est réduit à 7 officiers, 5 sous-officiers et 108 hommes ; les 5e , 7e et 8e compagnies sont dissoutes et le 10 février 1919, le 2e bataillon du 121e régiment d’infanterie territorial est pris en subsistance par le centre de groupement de Casablanca en attendant sa rentrée en France.


Carte postale de la collection de Joseph Miquel (le commandant Buffel lui donnait certaines de ses cartes pour la collection de ses enfants) :

Cachet poste 7 décembre 1914
A Monsieur Buffel, Commandant du 2e bataillon, 121e Territorial,
Mon commandant,
Assez bon voyage, laissé un homme du 128 à Rabat hier, fatigué, sorti tout dernièrement de l’hôpital // Balloirin Emile.
Bonjour à tous nos messieurs de la (frap..ion?.) partis mercredi matin de Casablanca
signé E.Bastien
adressé à Monsieur Buffel,
Commandant du 2e bataillon du 121e Territorial
Meknès Maroc occidental

Dos de carte postale :

Casablanca - le port à marée basse - Carte postale Maroc 1914

Casablanca – le port à marée basse – Carte postale Maroc 1914


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *