Gares marocaines

Aspect d'une gare au Maroc

1915 “Aspect d’une gare au Maroc” Aïn-Taomar / Taomart – Photo © Joseph Miquel

Autre tirage du même cliché, avec un autre libellé :

Maroc, 1915, en route de Meknès à Rabat, chemin de fer militaire

Maroc, 1915, “en route de Meknès à Rabat, chemin de fer militaire”. Aïn-Taomar / Taomart – Crédit photo © Joseph Miquel

Carte postale envoyée à la même époque par un correspondant (à Rabat ou Casablanca) du sergent Joseph Miquel, vaguemestre à Meknès :

Monsieur le sergent Miquel,
Il faut absolument vérifier les recommandés. Sur les sacs pour El Hadjeb sont mis d’autres sacs avec ceux pour Meknès même. Ces sacs sont réexpédiés à destination de Meknès, mais ils sont à nouveau scellés avant l’expédition. Que de sacs, que de recommandés, dans les salles affectées à ces objets. On se demande comment on peut s’y reconnaître, il y en a des tas et des tas. Mais maintenant que je connais la façon de s’y prendre pour la réexpédition, je veillerai à ce que tout parte sans retard. (…)
Respectueux sentiments,
signature illisible

Carte postale
Kénitra la gare

Meknès, le 5.5.1915,
(page 1)
Ma chérie,
Je ne t’écris pas longtemps aujourd’hui, je ne sais finalement que te dire. Je vais toujours très bien mais trouve le temps bien long : il faut pourtant redoubler de courage pour pouvoir supporter cette triste séparation : ce qui fait le plus languir, c’est cette incertitude : là bas vous pouvez être basés(?) par les journaux, tandis qu’ici, sauf quelques radios, nous ne savons les nouvelles que fort tard : malheureusement c’est une guerre d’usure, et comme disait le général Japonais , celui des deux adversaires qui pourra tenir une minute de plus que l’autre aura la victoire : puisse-t-il se tromper et que Dieu veuille que quelque chose se déclenche au plus tôt

Une gare, Maroc 1915-1916

Une gare, Maroc 1915-1916 © Joseph Miquel

Carte envoyée par Joseph Miquel, à sa femme, de Meknès, en 1915  :

j’espère néanmoins ne pas y rester un an de plus : je crois que dans quelques mois nous pourrons savoir le jour à peu près approximatif de notre rentrée. Nous verrons en août et septembre si les prévisions du colonel américain seront justes. Dans tous les cas elles sont données sur des calculs. Encore une fois, ma chérie, patience. Occupe-toi et fais comme moi, distrais-toi. Lorsque le temps sera moins chaud, nous tâcherons de nous voir, je te le promets, et qui sait si cette question d’aller à la côte ne sera pas résolue ? Ce soir : courrier. J’espère y voir de bonnes nouvelles de tous ainsi que de Jean. Et gare si les tiennes ne me contentent et qu’elles marquent du découragement. Tu peux t’attendre à être grondée sévèrement. Pour le moment, je préfère t’embrasser bien fort, quoique ce ne soit que par une photo, mais le coeur suit. Amitiés aussi à tous les miens, baisers aux enfants.
Ton mari qui t’aime pour la vie,
JMiquel

le fourgon postal dans les oueds

Maroc 1914 – scènes de colonne – le fourgon postal dans les oueds, carte postale


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.