Autrucherie de Meknès

Ensembles d'autruches au pâturage
Ensembles d’autruches au pâturage © maroc1915.hypotheses.org
Ensembles d'autruches au pâturage
Ensembles d’autruches au pâturage © maroc1915.hypotheses.org

Cet élevage d’Autruches existait depuis plus de 200 ans, il était situé à côté de Dar-El-Beïda

Elevage Autruches 1914-1918
Elevage Autruches 1914-1918 © maroc1915.hypotheses.org
Elevage Autruches 1914-1918
Elevage Autruches 1914-1918 © maroc1915.hypotheses.org

Sur Gallica, quelques publications donnent des indications sur l’autrucherie de Meknès, on trouve par exemple les indications suivante dans cet ouvrage
(Le développement économique du Maroc : le Maroc en 1917 ) :

Meknès, située sur le parcours de Salé à Fez, possède une des curiosités du Maroc : un troupeau d’autruches conservées dans un parc d’élevage spécial, par les soins de l’administration française. Ce troupeau a pour origine un couple donné par un Arabe du sud au Sultan Moulay Abdallah (1727-1757) ; il a compté jusqu’à 112 têtes ; il en compte maintenant 32, non compris les jeunes. La ponte annuelle atteint un millier d’oeufs, mais tous ne peuvent être couvés. Le parc de Meknès est la seule autrucherie de l’Afrique septentrionale.

Les autruches se nourrissent d’herbes dans la prairie, qui est en ce moment (au mois de février) couverte de pâquerettes en fleurs. On leur donne également de la luzerne, de l’orge.

L’autruche n’était pas un animal très rare au Maroc; malheureusement ses belles plumes, recherchées par les chasseurs, ont causé sa perte, et il ne restait au Maroc à notre arrivée que ce troupeau que le Sultan gardait pour offrir quelques plumes à ses amis.”

Autruche âgée de 6 mois, Meknès
Autruche âgée de 6 mois, Meknès © maroc1915.hypotheses.org
Autruche 1914-1918
Autruche 1914-1918 © maroc1915.hypotheses.org
Vue d'ensemble de l'autrucherie (Mekhnès)
Vue d’ensemble de l’autrucherie (Mekhnès)
Vue d'ensemble de l'autrucherie (Mekhnès)
Vue d’ensemble de l’autrucherie (Mekhnès)

En guise de texte, même s’il n’ y a pas de rapport entre Autrucherie et Autrichiens, une carte postale reçue par le photographe, Joseph Miquel, peu après son arrivée au Maroc :


Dimanche le 6 décembre 1914
Vous devez croire que les autrichiens ont fait un déjeuner de moi depuis le temps que je ne vous ai pas donné de mes nouvelles. Eh bien non, je suis toujours en vie et en bonne santé, et je souhaite de bon coeur que ma carte vous en trouve de même, ainsi qu’à la famille Borel. Ma mère me dit sur une de ses lettres que Miquel est au Maroc. Il est allé encore dans un bon endroit. Il est sûr de revenir auprès de sa famille, il n’est pas en danger comme Louis, lui doit être sur la frontière avec M. Jean à chasser les allemands du sol français. Quand à moi de mon côté, je fais la chasse aux autrichiens. Ceux-ci restent chez eux, ce qui fait que je n’ai rien à craindre, aussi j’espère bien revenir à votre service après tout cela, et vous revoir comme auparavant. Recevez mes sincères salutations.
signature Rigouson?
Le bonjour à la famille Miquel et famille Borrel, sans oublier aussi Bousquet.

CP Barrage Le Caire
CP Barrage Le Caire

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.