Par-dessus les ponts

Pont du chemin de fer sur l'oued-Sebou - Maroc 1915 - 1916 - Photo © Joseph Miquel

Pont du chemin de fer sur l’oued-Sebou – Maroc 1915 – 1916 – Photo © Joseph Miquel

Pont du chemin de fer sur l'oued-Sebou (1)

Courrier, environ de la même époque que la photographie, envoyé par Joseph Miquel à sa femme (un courrier de 5 cartes, mais il manque la première) :

(…) je réponds  à la demande que tu me fais, car je te vois dans les transes. Pourquoi crois-tu tout ce que l’on te dit ? Du moment où je t’ai déjà recommandé de ne croire qu’à moi ! l’on te raconte que nous devions rentrer en France : sur quoi s’est-on basé pour dire cela ? Notre bataillon est tout démembré actuellement, les compagnies sont une d’un côté, l’autre de l’autre, et une tapée d’hommes employés de tous côtés. Cela est une preuve suffisante que nous ne pouvons bouger d’ici à moins d’événements imprévus, que nous connaîtrions assez tôt, pour nous le faire savoir, car avant qu’on ait fait rentrer les hommes employés dans tous les sens et dans les villes avoisinantes de Meknès, et qu’on les ait remplacés par d’autres, cela demande du temps, et par qui encore ? Nous ne sommes pas déjà trop de territoriaux ici et on ne pourra pas remplacer nos employés par des Sénégalais, l’affaire est claire. Quant au 99e, c’est vrai qu’il est parti, mais je t’en donnerai les raisons plus tard, et tu ne seras pas étonnée.
Ta lettre me rassure sur Jean, duquel je n’ai pas eu de lettres depuis l’autre courrier. Je vois qu’il va bien, c’est l’essentiel. Quant au pauvre Louis, le domestique, tu me dis qu’il n’y a rien d’officiel sur son compte, mais j’ai bien peur que sa mort ne soit que trop certaine. Une lettre que je lui avait envoyée m’est parvenue ces jours-ci, donc elle n’a pas atteint le destinataire, est-il mort ou prisonnier ?  Mystère !!! C’est ce que l’avenir nous apprendra sur le compte de quelques un. Henri, Boulotte, Ricail vont bien, j’en suis très heureux. Dès que ce dernier m’écrira, puisque tu lui a donné mon adresse, je lui répondrai. Je vois que tu as encore regret que je n’ai pas fait des pas pour rester auprès de toi, de (…) non loin de Cazouls. Chasse cette idée, car d’ici la fin, tu pourrais t’en repentir ! Savons-nous ce que feront ces dépôts jusqu’au dernier moment. Il ne s’agit que de la demande ministérielle, si besoin est, et les voilà partis. Pour nous, il n’en est pas de même, car ce sera difficile pour nous remplacer. Comme je te le dis plus haut, nos territoriaux ont accaparé presque tous les emplois, cordonniers, boulangers, maçons, émondeurs d’oliviers, agriculteur pour instruire les indigènes, etc. etc. Ce qui fait qu’à mon avis on ne nous fera pas partir pour en mettre d’autres, moins aptes à nous remplacer ici. Donc, dans notre malheur d’être isolés et si loin, réjouissons-nous, gardons toujours un grand courage, et ayons l’espoir d’être réunis un jour pour ne plus nous séparer.

Dernière carte/page 5 :
Par conséquent et en attendant ce beau jour, comme nous l’écrit Paul Pascal, chassons toutes les idées noires ! A ce propos, je te disais que Mme Pascale et Mme Macane, qui devaient <illisible> aller, ou du moins rejoindre leur mari (car ils sont actuellement presque avec nous à Taza). On les a arrêtées à Marseille, les empêchant d’embarquer. Grand bonheur pour elles, car comment seraient-elles venues d’Oran ? sans train ni route ?
Je n’écris pas à Jeanne aujourd’hui, remercie là de sa gentille lettre et dis lui que je la supplie d’avoir du courage, car elle doit être fière de son fils, comme elle le dit, il nous arrivera bien changé. Je compte aussi sur lui, car il a confiance et beaucoup de courage : à mon tour, je suis très fier d’être son oncle ! Que de choses nous allons nous raconter à notre joyeux retour !
Embrasse tout le monde pour moi, et garde les meilleurs pour toi et Néné. Grosses caresses à Babeth, amitiés à Augustine, Françoise, et les voisins.
Ton mari qui t’adore,
Joseph

Cartes postales :

Colonne de Marakech - Mechra Ben Abbou - Le pont et les gorges de l'oued - Maroc 1914

Colonne de Marakech – Mechra Ben Abbou – Le pont et les gorges de l’oued – Maroc 1914

carte postale

Colonne de Marakech – Convoi de chameaux à Mechra Ben Abbou – Maroc 1914

Douane Casa

Maroc – Casablanca – la douane – Carte postale 1915

carte postale 1914 Maroc -chameaux mangeant le drin

carte postale 1914 Maroc -chameaux mangeant le drin


Une photo prise par Joseph Miquel, quelques années plus tard, vers 1918, après l’arrivée de sa femme au Maroc (c’est sans doute elle qui pose sur ce pont) :

Le pont de bois à Dar-Bel-Hamri

Le pont de bois à Dar-Bel-Hamri

Le pont de bois à Dar-Bel-Hamri
Le pont de bois à Dar-Bel-Hamri
Le pont de bois à Dar-Bel-Hamri
Le pont de bois à Dar-Bel-Hamri

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.