Habitat nomade

Khaïma

habitat nomade, tentes, Maroc 1915 – Khaïma – photo © Joseph Miquel

sans titre, Habitations marocains, tentes femmes (2)

Cartes envoyées par l'auteur de ces photos, Joseph Miquel, à sa femme. La description des lieux est intéressante. Et par ailleurs la tonalité bon-enfant des propos de Joseph Miquel imprégnés de l'esprit colonial, qui devait être de rigueur parmi les poilus appelés au Maroc, illustre bien l'état d'esprit ambiant : des marocains observés avec curiosité, mais condescendance, et des tirailleurs Sénégalais considérés comme de grands naïfs que l'on envoie aller se faire tuer en France...> :

Page/carte 3 ( suite carte du 13 février 1915, manque la page 2) :

Les arabes de ces gourbis, campés sous une tente (figure toi un bourras étendu en forme de cabane, sous lequel grouillent : hommes, femmes, enfants, chiens, poules, en un mot, toute la maisonnée. On ne peut s’en faire une idée, sauf le voir. On se demande de quoi peuvent vivre ces gens-là : nous avons une dizaine de mouchachons qui nous poursuivent pour nous demander un solch(?). Avant de nous en débarrasser au mot de balek, qui veut dire va-t-en, un tout petit me présente un oeuf qu’il vient de trouver sous sa tente. Je lui donne deux sous et lui fait signe de garder son oeuf. Macach (non), il me répond. Voyant qu’il ne le veut pas, je prends le couteau pour faire un trou à cet oeuf et le lui faire avaler. A ce moment, tu aurais vu décamper tous mes gosses en criant comme des fous, croyant que j’allais les saigner. Leurs parents sortaient de leur trou pour voir ce dont il s’agissait, mais ils ne s’emballent pas, rien ne leur fait.

Autour des guitounes se trouvent des multitudes de silos, sortes de trous en terre, forme exactement d’une ancienne

sans titre

habitat nomade, tentes, Maroc 1915 – Khaïma – photo © Joseph Miquel

sans titre, Habitations marocains, tentes (2)

  • Page/carte 4 ( suite carte du 13 février 1915, manque la page 2) :

jarres d’olives, profond de 2 à 3 mètres et d’une contenance d’un fut pour (?) huit à dix nuits. Ils s’en servent comme grenier pour conserver le grain. Les gosses s’amusent autour, et ces trous ne sont pas couverts. Ils faut qu’ils soient sûrement flemmards pour les laisser ainsi, car c’est très dangereux. Une personne qui tomberait seule et sans secours ne peut s’en sortir d’aucune façon. Notre promenade accomplie, nous revenons au camp dire bonjour aux copains et prendre les nôtres pour partir. En ce moment passe un bataillon de sénégalais qui vient de faire un exercice en campagne, et que le commandant fait passer là, pour leur faire voir les boches qu’ils vont aller combattre dans quelques jours, car tous ces pauvres bougres sont réservés pour la première rencontre. Nous faisons route avec eux, en queue de colonne, pour rire de leurs raisonnements.
Te voilà maintenant renseignée sur ma journée. Demain, dimanche, je vais à la messe, comme d’habitude et suis invité à dîner à

Gourbi arabe (01)

“Gourbi arabe” Maroc 1915 – photo © Joseph Miquel

Gourbi arabe (2)


sans titre dromadaire devant tente (2)

Maroc 1915 – photo © Joseph Miquel

Sans titre (1) dromadaire tente

photo carte postale :

Keuitra Maroc 1914

Kenitra, carte postale coloniale

Verso des cartes postales :

Casablanca 1914 - Quartier général
Casablanca 1914 – Quartier général
Carte.page 4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.