Intisar Bouya, un livre, mémoires du Maroc de Jean-Louis Menjoulet

Intisar Bouya
Intisar Bouya, mémoires – Jean-Louis Menjoulet

Ce livre est le récit d’une enfance et d’une adolescence dans le Maroc des années 1950, au temps du Protectorat français, dans un pays progressivement gagné par l’activité des mouvements indépendantistes, puis les attentats, jusqu’à l’indépendance.

L’auteur est Jean-Louis Menjoulet
J’ai lu le livre d’un trait (100 pages). Autant dire qu’il m’a plu, et qu’il m’a donné envie de rédiger cette petite chronique.

C’est à la gloire de mon père de Pagnol, que se réfère l’auteur pour nous plonger dans ses mémoires.
Mais autres temps, autres lieux, loin du Garlaban et de la Provence, Jean-Louis Menjoulet est né en 1944 dans le Rif, à Ouezzane, au Maroc. Il a grandi à Casablanca et parcouru le bled dans tous les sens. Sa Provence à lui.


Ce livre nous fait découvrir un Maroc à hauteur d’homme ou plutôt d’enfant ou d’adolescent. Avec un regarde d’adulte dont la mémoire fourmille. Jean-Louis Menjoulet a le style vivant, clair et visuel. On parcourt au fil des pages les rues de Casablanca au temps du Protectorat, les boutiques et marchés, l’école, le lycée Lyautey, le grand Zénata. L’auteur fait de ces lieux comme des photographies, mais il nous apporte en plus, ce que ne permettraient pas de simples clichés, les mots pour décrire les goûts, les saveurs, les joies et les douleurs des lieux et des moments, et les paroles et les accents de celles et ceux qui y vivaient.

Photo familiale. Jean-Louis Menjoulet et son cousin Jean en avant-plan. Au premier rang André Menjoulet est à droite, Julienne Menjoulet, à gauche, au centre, Etienne, charpentier, frère d’André

Jean-Louis Menjoulet dépeint aussi un mode de vie, une liberté, une proximité avec la nature, l’océan et le bled. Un monde où se côtoient les cultures et les croyances ou non croyances.

Jean-Louis Menjoulet en 1960

Jean-Louis Menjoulet est issu d’une génération qui s’était établie au Maroc au début du XXème siècle. Son père, André, né en 1905 avait émigré avant 1914 du sud-ouest de la France vers l’Argentine avec ses parents (Edgard, charpentier, et Marie, couturière). Puis Edgard et André sont allés vivre au Maroc (pendant que Marie, la grand-mère de Jean-Louis, Paule, sa tante, se sont établies définitivement en Argentine).

André Menjoulet circa 1938

André Menjoulet, le père de Jean-Louis, est victime à 30 ans, avant la naissance de son fils, d’un très grave accident de chasse dans le bled, au Maroc, qui le rendra malvoyant. Un handicap qui ne l’a pas empêché par la suite de poursuivre, ou plutôt de mener, sa vie après deux ans de cécité complète. Un handicap qu’il a surmonté en réussissant sa vie professionnelle, en continuant à pratiquer ses passions, comme la pêche (photo) ou la chasse, dans le bled, avec ses amis, très nombreux, et son fils Jean-Louis. André Menjoulet faisait aussi partie de la direction du club de football de Casablanca et participait, petite anecdote, aux parties de pétanque avec le boxeur Marcel Cerdan (même sil ne devait guère voir le cochonnet).

« Intisar Bouya » traduit en français, c’est « la victoire de mon père ». Référence à Pagnol, référence aussi à ce handicap surmonté par le père de Jean-Louis Menjoulet.

Jean-Louis Menjoulet a par la suite quitté le Maroc pour étudier et vivre en France, Mais 60 ans plus tard, il est toujours en contact et amitié avec Rahali, alors un jeune Marocain du bled, qu’il a connu alors que les attentats et attaques indépendantistes se multipliaient. C’est par le biais de Rahali que Jean-Louis a par exemple connu Aaziz (photo), un ancien tirailleur marocain, largement médaillé, qui participa à la libération de la Corse à l’automne 1943. 

 Le « tirailloun »,

« tirailloun »

Aaziz, ancien tirailleur marocain qui participa notamment à la libération de la Corse , comme nombre de ses compatriotes. Photo © Jean-Louis Menjoulet

La France métropolitaine, quelques années après 1943, celle des années 1950, Jean-Louis en dresse quelques portraits saisissants. Il y passait des vacances d’un mois, chez les parents de sa mère dans le bassin d’Arcachon, puis chez son grand-oncle Ancel Menjoulet, dans le Lot-et-Garonne. Comme l’auteur l’écrit dans son livre « Habitué au confort d’une grande ville moderne <Casablanca>, j’avais l’impression de faire un bond e 20 ans dans le passé. Pas de frigo ni de salle de bain, et la cabane au fond du jardin en guise de wc ».

Paru en 2020 (Nombre7 éditions), Intisar Bouya est disponible à un prix très accessible (10 euros) – sur toutes les grandes plates-formes / librairies en ligne, comme ici : https://livre.fnac.com/a15109716/Jean-Louis-Menjoulet-Intisar-Bouya

Vous pouvez aussi demander le livre à votre libraire local, s’il ne l’a pas en stock, il le commande (le livre est en stock) et vous l’aurez quelques jours après. Le prix unique du livre incite à privilégier les « vraies » librairies plutôt que les plates-formes internet qui font souvent payer des frais de port en sus, et surtout qui tuent les petits libraires.

André Menjoulet
André Menjoulet en 1926, service militaire au Maroc (régiment de zouaves)

 

Pourquoi la chronique de ce livre sur ce site ?

Les photos du Maroc de 1914-1918 qui ont alimenté ce carnet Hypothèses sont l’oeuvre de Joseph Miquel, elles m’ont été transmises par Jean-Louis Menjoulet, ami et ancien collègue de Pierre Miquel, le petit fils de notre photographe du Maroc de 1915. Il n’y a donc pas de lien avec les photographies de Joseph Miquel, si ce n’est le Maroc colonial du XXème siècle, et le regard de Français qui y vivaient. Mais ces regards sont très différents :

– Joseph Miquel avait le regard d’un français de métropole aux toutes premières années de la colonisation. Affecté au Maroc en tant qu’appelé de la territoriale pour assurer une présence militaire française au Maroc durant la Grande guerre, son regard individuel était assez bienveillant mais il était formaté par les préjugés de métropole, de son pays « civilisé », la France à l’égard des Marocains « indigènes » et encore plus peut-être à l’égard des Sénégalais avec lesquels il vivait dans ses camps militaires, à Meknès ou Rabat.

– Jean-Louis Menjoulet, quelque 35 ans plus tard était né au Maroc, comme sa soeur, ses cousins. Son père, rejoint par sa mère originaire d’Arcachon, s’y était installé tout jeune, ainsi que ses oncles, tantes, grand-père… Le père de Jean-Louis avait été aussi vaguemestre (comme l’était Joseph Miquel en 1914-1918) lors de son service militaire en 1925-1926 qu’il avait voulu faire chez les Zouaves. En pleine guerre du Rif, contrairement à Joseph Miquel (qui était plus âgé), le jeune André Menjoulet avait exercé dangereusement ses fonctions. Comme l’écrit son fils Jean-Louis dans son livre « en plein territoire insoumis, comme l’on disait à l’époque, il portait solde et courrier aux légionnaires dans les endroits les plus reculés. Il disposait pour cela d’une moto et suivait à travers champs les poteaux téléphoniques dressés par le « génie militaire » de la légion. Lorsqu’il arrivait près du camp, les légionnaires levaient les yeux vers le ciel, croyant que le bruit de la moto était celui d’un avion. Car ils ne pouvaient imaginer qu’un homme sans escorte et sans armes, porteur de sommes d’argent considérables, puisse s’aventurer sur les pistes de l’Atlas marocain sur une monture aussi rustique. »


Par ailleurs, tout en ayant participé à la colonisation du Maroc, les lettres que j’ai pu lire écrites par André Menjoulet au début des années 1930 montrent qu’il ne portait pas un regard méprisant à l’égard des marocains. Au contraire, il cherchait leur amitié et leur estime.

André Menjoulet Circa 1925-1930

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search